travel-one

Le bégaiement chez l’enfant d’âge préscolaire

Généralités

Le bégaiement est un trouble de la fluence qui peut apparaître plus ou moins tôt chez l’enfant.

Il se manifeste au niveau verbal par des blocages, des répétitions, des allongements de syllabes ; au niveau comportemental on peut observer des crispations (grimaces), une fuite du regard et parfois une grande frustration de ne pas réussir à communiquer (colères..).

Tous ces éléments vont venir perturber les échanges verbaux et l’enfant risque d’appréhender les situations de communication.

Le bégaiement est indépendant du niveau langagier de l’enfant, certains enfants se mettent à bégayer au même moment qu’ils produisent leurs premières phrases, d’autres développeront  un bégaiement plus tard une fois le langage installé.

Le facteur héréditaire est à prendre en compte (un des parents bégaie) et on note une majorité de garçons touchés.

Le bégaiement dit physiologique du jeune enfant

Il faut savoir que dans le développement normal de la parole et du langage les tout-petits ont un débit parfois lent, répètent souvent les syllabes, font des longues pauses dans leurs récits… et que avec l’âge le système nerveux central va mûrir et l’enfant va mieux coordonner ses organes articulateurs, sa respiration….

Cette période où la parole n’est pas fluide est souvent qualifiée de « bégaiement physiologique » par les pédiatres ; pourtant il peut arriver que l’enfant même jeune montre déjà des signes importants de difficultés à transmettre son message, qu’il essaye de parler en forçant, qu’il se crispe.

Pour 4 enfants qui bégaient pendant cette période de transition 1 restera bègue, et on ne peut prédire lequel… Il s’agit de repérer l’enfant à risque qui aura besoin d’une prise en charge suivie.

Alors quand s’inquiéter ?

Une consultation de prévention et de guidance s’avère nécessaire dès lors qu’il y a inquiétude de la part des parents afin de pouvoir avoir des conseils adaptés pour mieux réagir à la situation.

On conseillera de consulter si :

  • l’enfant montre des signes de détresse dans la communication (regard fuyant ou absent)

  • l’enfant montre des signes de tension ou stress (crispation du visage, respiration rapide)

  • l’enfant manifeste de la frustration quand il ne parvient pas à parler (colère, pleurs)

La consultation sera urgente si l’enfant bégaie depuis plus de 6 mois, et s’il a moins de 5 ans, car on cherche à profiter des compétences d’adaptation du cerveau et on veut éviter une chronicisation du bégaiement.

Qui consulter ?

Un(e) orthophoniste est la bonne personne pour vous recevoir en bilan avec votre enfant, évaluer le bégaiement et vous donner des premiers conseils.

Selon les cas et l’âge de l’enfant l’orthophoniste décidera de proposer soit une « guidance » sous forme d’une séance unique ou de plusieurs séances espacées, soit un suivi régulier hebdomadaire d’emblée, selon l’intensité du bégaiement et la durée des symptômes.

Certains orthophonistes sont formés spécifiquement à la prise en charge du bégaiement et on peut trouver leur nom selon les villes sur le site de l’Association Parole Bégaiement (APB). Elles sont sensibilisées aux notions de prévention, de guidance parentale, et sont formées à des méthodes spécifiques de rééducation du bégaiement.

Les orthophonistes sont là pour restaurer une communication efficace et agréable

Quelles sont les bonnes réactions à avoir ?

Quelques pistes pour faciliter la communication avec un enfant qui bégaie, à garder en tête avant et pendant la prise en charge orthophonique :

  • se baisser pour se mettre au niveau de votre enfant et créer un contact visuel qui rassure pendant l’échange

  • créer un contact physique rassurant comme une main sur le bras pour montrer que vous êtes présent à ses côtés et que vous l’écoutez

  • poser une seule question à la fois et laisser le temps de répondre

  • l’écouter vraiment lorsqu’il vous parle et ne pas hésiter à lui dire lorsque ce n’est pas le moment

  • Prendre un moment privilégié par jour, au calme, seul avec votre enfant pour faire une activité qui lui plait, lire une histoire…en veillant à ralentir votre débit pour qu’il s’appuie sur votre manière de parler

  • Simplifier la structure de vos phrases pour que le modèle donné soit simple

  • Soyez prêts à de possibles régressions comportementales pendant cette période de lâcher prise

  • Aidez votre enfant en reformulant ce que vous avez compris, en lui donnant le mot sur lequel il bute, en posant des questions pour être sûr d’avoir bien compris.

Enfin n’hésitez pas à parler du bégaiement à l’enfant afin de diminuer son inquiétude et de lui montrer qu’il n’est pas seul. On peut formuler les choses en parlant de « mots qui bloquent », de « mots qui ne sortent pas » On peut lui faire remarquer nos propres dysfluences, lorsqu’on répète un mot plusieurs fois …

Le fait de parler du bégaiement ne va en aucun cas le rendre plus grave, il va au contraire aider l’enfant à dédramatiser ce qu’il ressent dans son corps et ce qui l’empêche de communiquer de façon agréable.

 

Hannah Leah Danan

Orthophoniste à Strasbourg , passionnée de portage en écharpe et porte-bébé physiologique, je suis aussi monitrice de portage formée par l'Association Française de Portage des Bébés.