travel-one

La Brit Milah

Vous êtes une future maman ou vous avez déjà votre bébé dans les bras, et c'est un garçon. Mazal Tov ! Vous essayez donc de vous organiser et de vous préparer, et surtout de le préparer, à sa Brit Milah.

La Brit Milah est avant tout un acte religieux. C'est le moment où votre garçon va entrer en alliance avec Hachem. C'est le moment où son âme juive lui est introduite. C'est le moment enfin, où vous le nommerez d'un prénom juif. 

Elle est célébrée au huitième jour après la naissance, et dans tous les cas aura lieu en journée. 

Sur le plan chirurgical enfin, la Milah consiste à couper la orla, la peau recouvrant le haut de la verge. L'étape suivante s'appelle la Peria, qui consiste à décalotter le gland. Elle est suivie de la Metsitsa, où l'on s'assure d'avoir extrait le sang nécessaire. Cette dernière vise à assurer l'hygiène de la plaie en voie de cicatrisation. Ces 3 étapes indispensables peuvent prendre de quelques dizaines de secondes à 60 secondes. 

Les Mohalim auront chacun leur méthode quant aux suites à donner à la Brit Milah de votre enfant, le plus important étant de préserver une hygiène maximale autour de la plaie.

Les Mohalim sont très sensibles aux pleurs des enfants et ils peuvent parfois vous aider à définir pourquoi votre bébé pleure, même si ce n'est pas toujours directement lié à la Brit Milah.

Passons en revue les différentes étapes de la Brit Milah.

Pour que les conditions de cette union de votre enfant avec Hachem soient optimales, il faut avoir un Mohel, un homme juif qui ait d'une part la connaissance des lois de la Milah et d'autre part, les compétences médicales liées au bébé et à sa circoncision.

Dans un deuxième temps, il faut penser à choisir un Sandak.
Le Sandak est la personne choisie par les parents qui portera le bébé durant la Brit Milah. Son rôle est, spirituellement parlant, plus important, que celui du Mohel.

Au regard de l'honneur que cela représente, il est de coutume de nommer le grand-père. Certains suggèrent que le père honore son propre père pour le premier garçon, d'autres laissent le choix à la mère. 

Il est important de maitriser certains détails pour planifier la date et le lieu de la Brit Milah.

Si votre bébé est né en plein jour, par exemple un mardi ou dans la nuit de lundi, la Brit Milah aura lieu en principe au huitième jour, le mardi suivant. Et ce sera la même chose pour un bébé né le Chabat, il sera circoncis le Chabat suivant. 

Simplement, retenez ces exceptions :

  • Si le bébé rencontre des problèmes de santé (jaunisse, taux de bilirubine élevé, trop petit poids, anémie, hypospadias compromettant, etc...) 
  • S'il est né vendredi soir durant la plage horaire non définie comme étant jour ou nuit (entre le coucher du soleil et la tombée de la nuit)
  • S'il est né Chabat par césarienne
  • Si l’enfant présente un état de santé inquiétant, qui pourrait repousser la Brit Milah de 7 fois 24h après rétablissement

Si vous êtes dans l’un de ces cas, il faudra en parler avec votre Mohel, qui en parlera à un Rav ou à un médecin selon la question.

Choisir l'endroit de la Brit Milah n'est à priori pas compliqué. 

On a l'habitude de célébrer une Brit Milah à la synagogue, parce que c’est le lieu de résidence de D. De plus, étant donné qu'il est souhaitable d'avoir la présence de 10 hommes juifs, la synagogue est souvent l’endroit idéal pour rassembler un maximum de personnes.

Certains préfèreront la célébrer à domicile et ainsi recevoir Eliahou Hanavi, le prophète Elie, présent à chaque alliance célébrée. 

Le jour venu, il vous sera peut-être conseillé par votre Mohel d'amener des Kippot, des Talitoth, des langes, des couches, d’obtenir une chaise de Brit Milah, et surtout des produits pharmaceutiques directement liés à la Brit Milah.

Enfin, il existe plusieurs solutions utilisées par les Mohalim pour calmer l'enfant et lui éviter la douleur, la plus répandue étant la solution sucrée à visée antalgique administrée durant la circoncision.

Un bébé de 8 jours tète très fréquemment et il est difficile de parler de rythme ou de fréquence des tétées à ce très jeune âge. La question de la dernière tétée avant la Brit Milah se pose donc naturellement : jusqu'à combien de temps avant la circoncision peut-on donner le sein à son bébé ?

Les avis diffèrent un peu d’un Mohel à l’autre mais nous pencherons vers celui qui est le plus facile à respecter pour une maman qui allaite et le plus adapté au fonctionnement d’un nouveau-né : l’idéal est d’attendre 1h entre la dernière tétée et la Brit Milah.

Il a été constaté que le sang est plus filant juste après un repas et il est donc moins confortable pour le Mohel de pratiquer le geste à ce moment-là.

En respectant ce délai d’une heure après la tétée, additionné au temps de pratiquer la circoncision, on peut ainsi estimer que le bébé pourra retourner rapidement au sein de sa maman (1h30 après la dernière tétée).

Une fois la circoncision effectuée, il est important de pouvoir mettre le bébé au sein dès qu’il est ramené à sa maman. En effet, un des nombreux bienfaits de l’allaitement maternel est son effet analgésique. La succion provoque une sécrétion d’endorphines, ces hormones qui procurent une sensation de bien-être et d’apaisement. Lors d’une étude effectuée en 2005, on a pu observer que « l’effet analgésique de l’allaitement maternel est nettement supérieur à l’effet produit par l’administration de glucose à 30 % et présente un effet analgésique au moins aussi puissant que l’association de glucose 30 % et succion d’une tétine ».

L’allaitement conjugue ainsi les effets analgésiques des solutions sucrées, l’effet apaisant des endorphines et le contact si rassurant du « peau à peau ».

Allaiter son bébé dès que possible après la Brit Milah lui permettra, tant d’un point de vue physiologique qu’affectif, de le soulager et d’absorber cet événement.

Certains Mohalim laissent un pansement pendant 24 heures, d'autres ont recours à des méthodes qui permettent de ne plus avoir de pansement une heure après la Brit Milah. Vous pourrez donner un bain à votre bébé dès le lendemain ou le surlendemain, selon les conseils de votre Mohel. Entre temps, votre Mohel peut vous conseiller d'appliquer une pommade, une poudre ou une huile. 

La majorité des bébés dorment plus longtemps dans les heures suivantes. 

Si vous souhaitez porter votre nouveau-né pendant les jours de cicatrisation suite à l'intervention de la Brit Milah, il est tout à fait possible d'utiliser la position dite « assis de profil » dès le lendemain de la Brit Milah. Cette installation est réalisable assez facilement en sling ainsi qu'en écharpe extensible type JPMBB et de façon un peu plus technique en écharpe tissée.

N’hésitez pas à vous offrir/faire offrir un atelier de portage pour apprendre à installer votre nouveau-né en écharpe et recevoir des conseils adaptés et sécuritaires.

Il peut arriver que votre bébé présente un saignement abondant. C’est un cas d'urgence, qui reste rare, mais qui doit vous mettre en alerte. Dans ce cas, il convient de faire un point de pression et de contacter ensuite votre Mohel, ou une personne du corps médical. 

Pour toute autre question, le Mohel est le mieux placé pour vous aider. Sa disponibilité ou celle d'un(e) assistant(e) dans les 48h qui suivent la Brit Milah est importante. 

En ce qui concerne la rémunération du Mohel, les écoles sont variables, et chaque Mohel vous donnera sa réponse. Certains Mohalim offrent de leur temps, d’autres exigent un montant précis, et enfin, certains vous laisseront participer du montant de votre choix. 

 

Un enfant ou un adulte qui n'aurait pas encore été circoncis, ou circoncis médicalement mais sans cérémonie religieuse, peut contacter un Mohel qui selon les circonstances, fera le nécessaire. ou l'orientera vers les services spécialisés. 

 

Présenté par Haïm Altabé, Mohel et Rav de Domont, France, pour www.Ima-Family.com

Karine Sananes, marraine d'allaitement, et Hannah-Léah Danan, monitrice de portage, ont contribué à cet article.

 

 

Ima Family

Ima-Family, c’est un collectif de mamans qui se sont rencontrées sur Internet et ont décidé, ensemble, d’être actives dans leur rôle de parent et de redéfinir, dans la société actuelle, les standards de l’éducation et de la dynamique familiale