travel-one

Hilkhot Ticha be'av

Ticha be’Av tombant un vendredi soir

Nous sommes actuellement dans la semaine précédant le jour le plus triste de l’année, où l’on se rappelle de la destruction de nos deux Temples : Ticha be’Av.

Cette année, le jeûne de Ticha be’Av est repoussé d’un jour, puisqu’il tombe Chabbat. Certaines des Halakhot ayant trait à ce jeûne restent inchangées, d’autres sont modifiées. A cet effet, voici un petit condensé de ces Halakhot. Nous vous rappelons qu’en cas de doute, la personne à contacter est votre Rabbin local (ou, s’il s’agit de question de pureté familiale, une Yoetzet Halakha), et que le texte ci-dessous n’est donc là qu’à titre indicatif.

Vie conjugale et pureté familiale

  • Le soir-même de Ticha be’Av, les relations intimes sont interdites et donc les Mikvaot sont fermés. Cependant, cette année le 9 Av est vendredi soir et le jeûne est repoussé. (1)
    Ainsi, une femme devant s’immerger au Mikveh vendredi soir 9 Av pourra le faire, et le couple pourra donc également avoir des relations conjugales.
  • En revanche, une femme dont le soir du Mikveh tombe samedi soir début du jeûne (soit le 10 Av cette année) ne pourra pas aller au Mikveh, qui sera de toute façon fermé. Les relations intimes seront interdites pour tous ce soir-là. Dans ce cas, le Mikveh sera repoussé à dimanche soir, à la fin du jeûne. (3)
  • En ce qui concerne un couple pour lequel vendredi soir n’est pas le soir du Mikveh, le fait de pouvoir avoir ou non des relations intimes dépend de l’autorité rabbinique qu’il suit. D’une part il s’agit du 9 Av, de l’autre c’est Chabbat et les actions dénotant du deuil ne sont pas toutes observées. De manière assez schématique, les Séfarades suivant l’avis du Choulkhane Aroukh, permettent les relations conjugales ; les Ashkénazes suivant l’avis du Rem’’a, l’interdisent. (4)  
    Il est à noter que même pour les Ashkénazes, l’interdit sera levé dans certains cas (désir d’avoir un enfant, besoin affectif de l’un des conjoints etc…). Chaque cas étant différent, veuillez consulter votre Rabbin en amont.
  • Une femme devant faire un Hefsek Taharah dimanche (donc le jour du jeûne) a le droit de se laver l’aire vaginale afin de se préparer puisque ceci n’est pas pour le plaisir mais pour la Mitsvah. Il lui faudra prendre soin de limiter le contact avec l’eau au minimum. Il est permis de changer ses sous-vêtements afin de pouvoir porter du blanc comme il est requis par la Halakha. (5)

Qui jeûne ?

  • Cette année, puisque le jeûne est repoussé, une femme enceinte ou allaitant est a priori dispensée du jeûne. Il en est de même pour une personne étant un peu malade. (6)
  • Une personne ne jeûnant pas devra faire Havdalah avant de boire ou manger. (7).
    A cette fin elle peut prendre comme boisson une boisson alcoolisée n’étant pas du vin, comme une bière. Si cela n’est pas possible, une « boisson importante »  (café, vrai jus d’orange etc…) ou du jus de raisin.

Fin du jeûne

  • A l’issue du jeûne, les personne ayant jeûné feront Havdalah sur le verre uniquement (la Havdalah sur la bougie ayant déjà était faite samedi soir). Puisque cette année le  jeûne est repoussé d’un jour, il n’y a pas besoin de continuer à observer l’interdit de se laver etc… jusqu’au lendemain midi : il sera donc permis d’enclencher des machines à laver, se doucher, se couper les cheveux etc… dès la fin du jeûne. (8)
    Certains continuent à observer l’interdit de ne pas manger de viande jusqu’au lendemain matin, et chacun agira donc selon sa coutume.

Puisse la prophétie de Zacharie se réaliser en nos temps :

 « Le jeûne du quatrième mois et le jeûne du cinquième, le jeûne du septième et le jeûne du dixième mois seront changés pour la maison de Juda en joie et en allégresse et en fêtes. »


  1.  Choulkhane Aroukh OH 554, 18
  2.  Michna Broura 554, 40
  3.  Choulkhane Aroukh OH 554, 8
  4.  Choulkhane Aroukh OH 554, 19
  5.  Ta’’Z YD, 381, 2
  6.  Ye’have Daat, III, 40, Michna Broura 554, 14
  7.  Ye’have Daat, III, 40
  8.  Michna Broura 558, 4

Nathalie Loewenberg

Nathalie est une yoetzet halakha - conseillère en pureté familiale. Elle est aussi une épouse et une mère. Son défi quotidien est de remplir pleinement ces différents rôles entre 2 carreaux de chocolat et un verre de thé (au lait s'il vous plait).