travel-one

Au secours, mon enfant a la varicelle ! Guide de survie à l’usage des parents

Bien que reconnaissable très facilement, la varicelle est le cauchemar de bon nombre de parents. Petit tour d’horizon de cette maladie bénigne pour gérer au mieux la varicelle de votre enfant !

Comment ça se passe, une varicelle ?

La varicelle se transmet par la peau, les sécrétions, la toux. Elle est très contagieuse et les écoles et crèches le savent bien !

L’incubation (c’est-à-dire la période entre le moment où l’enfant a rencontré le virus de la varicelle sans en être encore malade) dure environ deux semaines. Ensuite, une éruption apparaît sur le visage, le torse et le cuir chevelu. D’abord les boutons sont plats et roses, puis en relief, puis ils deviennent des vésicules : des boutons contenant un peu de liquide. Dans les jours suivants les boutons vont sécher et former une croûte, qui finalement tombe, le plus souvent sans laisser de cicatrice. L’enfant va présenter plusieurs poussées de boutons successives. Les poussées suivantes surviennent souvent sur les bras et les jambes, ainsi que sur les muqueuses (bouche, sexe, etc.). Ouille ! La grande caractéristique de ces boutons est qu’ils démangent énormément et que l’enfant a tendance à se gratter. 

Quels sont les risques de la varicelle ?

La grande majorité des cas de varicelle ne présente pas de gravité particulière. C’est pénible, certes, mais pas grave.  En revanche chez une femme enceinte en début de grossesse, chez un nouveau-né, chez une personne dont les défenses immunitaires sont affaiblies, le risque de complication grave (infection pulmonaire ou encéphalite due à la varicelle, malformations chez le fœtus, voire décès) est important. Il est donc primordial de protéger ces personnes de la varicelle. Chez les adultes sains, les complications de la varicelle existent un peu plus que chez les enfants (en moyenne dans les pays occidentaux, on rapporte 3 décès pour 100 000 cas environ).

Les complications plus fréquentes sont  liées à des surinfections des boutons.  

Peut-on attraper la varicelle deux fois ? 

La varicelle est due à un virus nommé VZV. Ce virus donne la varicelle, puis reste endormi dans le corps pendant des dizaines d’années sans se manifester. Il peut aussi donner une atteinte tardive, localisée et parfois douloureuse qu’on appelle un zona et qui survient le plus souvent chez les personnes de plus de 50 ans. 

En principe, on ne l’attrape donc qu’une seule fois et on reste immunisé ensuite. Quasiment 100 % des adultes sont immunisés contre la varicelle. Cependant quand la varicelle a été très faible,  une seconde varicelle est possible. 

Que faire pour soigner la varicelle ?

La varicelle guérit seule et sans médicament, mais pour le confort et éviter les surinfections on peut proposer les mesures suivantes : 

  • une fois par jour, baigner l’enfant avec un savon type antiseptique léger (du type Cytéal, Septivon ou autre)
  • désinfecter les boutons avec de la chlorhexidine aqueuse (Biseptine ou autre) Pas de l’éosine rouge qui empêche de bien voir l’évolution du bouton ! 
  • couper les ongles bien court pour éviter que l’enfant se gratte et ne surinfecte les boutons avec les bactéries qui stagnent sous les ongles
  • une fièvre mal tolérée peut être baissée par les mesures simples (ne pas trop couvrir l’enfant, donner du paracétamol si besoin)
  • un sirop anti-histaminique (donc anti-démangeaison) peut aider à passer le cap des premières nuits (type Primalan ou autre, sur ordonnance uniquement)

Trois choses à ne pas faire en cas de varicelle

  • Ne jamais mettre de crème, talc ou autre produit sur les boutons au risque de favoriser les surinfections bactériennes
  • Ne pas donner d’aspirine ni d’ibuprofène (cela favorise une complication rare et très grave qui s’appelle le Syndrome de Reye)
  • Ne pas embrasser son enfant si on a un bouton de fièvre pour ne pas surinfecter la varicelle avec des lésions d’herpès. 

Bon courage à tous les parents !

Tags:

Elsa Kogel

Elsa Barros - Kogel est médecin généraliste, ancien assistant des hôpitaux, et mère de trois enfants. Elle vit en région parisienne.