travel-one

Allaiter, idées reçues...

C’est drôle la vie.
Quand on est jeune on se visualise, on imagine son futur, et on pense choix cruciaux, fondamentaux, carrière, famille, lieux d’habitation et mode de vie.
Les détails suivront, peu importe, l’essentiel c’est d’être heureux pas vrai ?

Finalement le temps s’accélère, les décisions s’enchainent, et un jour un petit être grandit à l’intérieur de nous. Expérience incroyable, terrifiante, excitante, ou les trois à la fois, chaque femme a définitivement son vécu sur la maternité, son recul son histoire son passé ses peurs et ses espoirs, sans oublier le sympathique cocktail hormonal auquel elle est sujette (ça pourrait faire un bon sujet de prochain article sur IMA ça !)
Et puis il y a la fatigue la douleur l’appréhension, bref par quoi ai-je commencé déjà ? AH oui ! C’est « drôle » la vie.

Oui vous verrez avec le recul c’est drôle, parce qu’on se retrouve finalement confrontée quotidiennement à des décisions que nous n’avions nullement envisagées.

Alors un peu de patience bientôt vous vous demanderez comment déguiser au mieux une courgette pour qu’elle passe plus incognito dans l’assiette de votre progéniture qu’un agent de la CIA au marché de Beyrouth (Oh toi IMA fan de Homeland je t’ai démasquée ! Ne te cache pas c’est un des grands privilèges coupables mais tellement bons des moments tétée ! On y arrive bientôt justement…)

En vérité on n’y pense pas, on n’en sait rien, toute à sa béate attente, à ses états psychologiques aléatoires (pour ne pas dire complètement schizophrènes, le ton se voulant bienveillant, je vais me faire taper dessus moi sinon !) et puis un jour une copine nous demande innocemment « Et sinon, tu vas l’allaiter ? »

Et là les images se bousculent dans notre tête, les seins à l’air, le biberon qui fuit, le lait en poudre à doser, les ruptures de stock à la maison à 1h du matin, les seins à l’air, les réveils nocturnes, les biberons à laver, les seins à l’air, bref on n’est pas plus avancée. D’autant que ladite copine a souvent plein de conseils à nous faire partager !

Tu vas devenir son esclave !  Tes seins vont finir au niveau de ton nombril, et puis tu vas avoir du lait tout le temps, devoir gérer les douleurs des montées de lait, les morsures, les crevasses, et puis te cacher en permanence ! Ne fais pas ça pour l’amour du ciel !!! 

L’amour du ciel nous chez IMA, on aime bien, mais ce qu’on aimerait surtout c’est que chaque femme puisse faire son choix en connaissance de cause, sereinement, un choix qui la concerne et pour lequel elle doit avoir tous les éléments en main.

Alors pour l’occasion on va jouer le rôle de la copine militante, bien-pensante, moralisatrice et… Nooonnnn ne partez pas c’était juste une blague !!

Ce que je vous propose aujourd’hui c’est de poser à plat les idées reçues sur l’allaitement et d’en parler en toute transparence, vos témoignages seront ensuite les bienvenus ! En avant c’est parti :

Idée reçue N°1 : « Allaiter ça fait mal » FAUX

Les douleurs liées à l’allaitement surviennent surtout au début, et sont malheureusement la cause de bon nombre d’abandons par les jeunes mamans déjà épuisées, en manque de confiance en leurs capacités, mal encadrées et désireuses de quelques heures de calme et de repos.

On ne le répètera jamais assez, un bon allaitement commence par un bon entourage : repérez les copines qui allaitent et aiment ça, et demandez-leur un coup de main et des conseils. N’hésitez pas non plus à contacter une consultante en allaitement, qui vous guidera et rectifiera la position de votre bébé pendant la tétée, si elle est mauvaise (c’est souvent le cas et la cause des douleurs) pour vous garantir ensuite de pouvoir profiter pleinement de ces moments magiques.

L’investissement financier représente environ 1 mois de biberons lait en poudre et on n’a pas intégré l’eau et le temps de vaisselle dans le calcul ! Ça devrait vous motiver !

Idée reçue N°2 : « Allaiter c’est devenir l’esclave de ton bébé » VRAI et FAUX

Qu’on soit claires, mettre au monde un petit être sans défense et totalement dépendant c’est quelque part, et dans une certaine perception des choses devenir « son esclave ».
Forcément sauf si on s’appelle Kate Middleton ou Angelina Jolie, on va devoir s’occuper, de façon permanente du soin, de l’alimentation, du coucher, de l’hygiène, des petits bobos, de l’habillement, des camaraderies, des transports, des devoirs, des peines de cœur et des questionnements de notre progéniture pendant les 18 prochaines années à venir…au moins !

Alors plutôt que de voir ça comme de l’esclavage si on disait plutôt que c’est en fait la plus belle des occasions de construire un lien incroyable, de donner à une personne confiance en elle, de lui apprendre la vie, le monde, les couleurs et les gens, d’être une maman tout simplement.
Ça va mieux tout d’un coup n’est-ce pas ?

Oui allaiter va vous prendre du temps, surtout au début, mais pas plus que tout le reste, pas plus que câliner, faire roter, changer, baigner promener et endormir votre bébé. Pas plus par ailleurs que de vous occuper des courses du linge du ménage de la vaisselle des tâches administratives et des repas (qui a parlé d’esclavage déjà ?)

Et si plutôt que de se focaliser sur le décalage de durée tétée/biberon, on essayait plutôt de limiter le temps perdu pour toutes les autres activités ?

Oui, à propos de tâches, si on tâchait justement de déléguer au papa ou aux proches tout ce qu’ils sont matériellement capables d’accomplir ?
Parce qu’on vient de vivre 9 mois assez compliqués, qu’on vient d’expulser un être humain de notre organisme passablement traumatisé (l’organisme !), parce que nos heures de sommeil en retard se comptent en anciens francs, parce qu’un bébé ça se fait à deux et c’est valable pour s’en occuper ensuite, ou tout simplement parce qu’on a besoin d’un peu de repos pour se remettre de ses émotions et reprendre du poil de la bête.
Et puis si vous ressentez finalement le besoin de déléguer le moment de la tétée pour rattraper un peu de sommeil, ou pour un café avec une copine, le tire-lait est votre ami.

Idée reçue N°3 « Allaiter c’est la garantie que ton bébé ne fera pas ses nuits avant le sevrage» FAUX !

Allaiter c’est donner à son enfant une quantité de lait adaptée à ses besoins, à son organisme et à ses capacités d’assimilation. Un bébé a besoin de manger souvent, peu, et à intervalles rapprochés.
Là encore l’allaitement est parfaitement sur mesure et garantit des apports énergétiques, nutritionnels, affectifs mais aussi immunitaires optimaux à votre bébé. Certains bébés ont besoin de manger plus souvent que d’autres, et au biberon ou au sein ils réclameront à manger la nuit pendant plusieurs mois.

Il s’agira alors de se lever, une ou plusieurs fois par nuit, pour préparer un biberon, doser la poudre, l’eau, faire chauffer le tout et revenir faire manger son tout petit, puis s’occuper du rot et le recoucher, ou alors de prendre son bébé près de soi, l’allaiter dans une position confortable, le faire roter et le reposer.

Dans les deux cas, des avantages des inconvénients mais un Match Nul !

Idée reçue N°4 « La tétée d’accueil à la naissance ça lui suffit, ça fait longtemps que nos bébés n’ont pas besoin de lait maternel pour bien grandir et être protégés ! » FAUX (oui oui encore !)

On le sait depuis longtemps justement, les enfants nourris au sein sont plus résistants aux infections que ceux nourris au biberon. Le lait maternel contient des agents immunitaires spécifiques qui protègent le nourrisson et s’adaptent aux risques contagieux présents dans son environnement. Il protège également, dans une certaine mesure, contre la survenue d’allergies et contient plusieurs agents anti infectieux puissants.

Par ailleurs le lait maternel contient des éléments anti cariogène, il s’adapte aux besoins du bébé au fil des mois et joue un rôle dans la prévention des maladies nutritionnelles ultérieures : diabète, obésité, hypertension artérielle.

Parlons peu, parlons bien, rassurez-vous, les préparations diététiques modernes pour nourrissons sont testées hypoallergéniquement et couvrent totalement les besoins nutritionnels du bébé.

Idée reçue N°5 (promis après j’arrête) : « Allaiter c’est passer sa vie à poil ! Tu as des tendances naturistes ? » FAUX ARCHIFAUX !!

Loin de nous l’idée de critiquer nos amis naturistes, que nous saluons par ailleurs, mais nous tenons à préciser que non, l’allaitement n’implique nullement la nudité permanente !
Pour parler techniquement, votre bébé a besoin d’être positionné au niveau de votre téton, sa bouche englobe totalement le téton et totalement ou partiellement l’aréole. La tête de votre bébé couvre donc cette zone.
Pour allaiter sans en avoir l’air deux solutions s’offrent à vous :

  • Les tenues spéciales allaitement, disponibles chez certaines marques, présentent un élément détachable au niveau de la bretelle, pour une mise en place et un rhabillage rapide.
  • La méthode Mac Gyver consistant simplement à porter un débardeur sous toutes vos tenues. Le débardeur fait office de couverture généralisée et il ne vous reste qu’à enfiler votre vêtement par-dessus. Lorsque votre bébé a faim, vous pouvez relever votre chemisier et baisser simplement votre débardeur pour le nourrir en toute discrétion et vous rhabiller simplement et rapidement ensuite.

Pour conclure, ce moment de partage a été très intéressant, je suis ouverte à tous vos commentaires, témoignages et suggestions. Cet article n’a évidemment pas pour objectif de dresser la condamnation en place publique du biberon et du lait en poudre, mais de donner aux mamans un début d’information claire et honnête pour faire leur choix.

L’allaitement maternel est un processus naturel, le lait de la mère est fabriqué de façon parfaite pour son bébé, et il contient des éléments essentiels, qu’à l’heure actuelle aucun laboratoire n’a réussi à imiter, la magie du corps humain…

La méconnaissance, le manque d’information ou la peur de mal faire sont des phénomènes classiques, chez une jeune maman plus que partout ailleurs.

Opposons leur le savoir, la confiance en soi et en ses capacités, et surtout la sérénité et un environnement favorable bienveillant et positif.

C’est vous, votre bébé, dans une bulle que rien ni personne jamais ne vous enlèvera. C’est maintenant, profitez-en ça passe vite…

Raphaelle Avgui

Bio coming soon